Join us!
6 août 2014
Un échange de jeunes en Italie, ça vous dit ?
12 août 2014
Voir tout

Nos volontaires européens sensibilisent des collégiens à leur langue et leur culture !

Pendant 2 semaines, les volontaires de Pistes Solidaires et de leurs partenaires sont intervenues auprès des élèves des Collèges la Marquisanne à Toulon et Henri Bosco à La Vallette afin de les sensibiliser à leurs langues et cultures.
Un projet pédagogique construit avec le Conseil Général du Var et les équipes des établissements, qui se pérennise et s’étend à de nouveaux collèges du département chaque année.
Voici les témoignages de nos intervenantes suite à leur expérience avec les élèves:

Laura (Espcollege-henri-bosco-valette-Lauraagne)
Pendant deux semaines nous nous sommes déplacées pour sensibiliser aux élèves de deux collèges à Toulon à l’Europe et à la diversité de langues dans l’espace européen. Les élèves sont habitué(e)s à étudier l’anglais dans le système éducatif français, même l’allemand, l’italien (un peu moins) ou l’espagnol. Nous avons fait des interventions dans ces langues… Mais, surtout, nous avons parlé de diversité ou bien du fait que dans les interventions au collège de La Marquisanne et à Henri Bosco aucun élève ne savait combien de langues sont officielles en Espagne. Après notre passage par leur collèges ils en connaissent la réponse et beaucoup d’autres encore. Eh bien oui, il y en a quatre langues officielles en Espagne, vous sauriez me dire lesquelles?

Girolama (Italie)college-marquisanne-toulon-Girolama
Parler de la semaine à le collège de la Marquisanne sans parler des élèves est vraiment impossible. Même si les professeurs m’ont dit que la plupart des élèves n’avaient jamais étudiés l’italien, ils ont été tous très intéressés par ma présentation et avec beaucoup d’envie de jouer et de participer pour connaître un peu mieux la culture italienne, que a été le but de la semaine la bas. Mais je dois dire que tout le monde connaitre l’Italie pour la cuisine, mais ça c’est normal on mange trop bien en Italie ! La semaine à Toulon a été utile aussi pour moi parce que j’ai travaillé pour la première fois avec des adolescents, après 5 mois dans un accueil de loisirs, et le premier jour je n’étais pas sûre de mes capacités mais j’ai trouvé les jeunes vraiment magnifiques. Autres choses que ont fait de la semaine à Toulon une expérience inoubliable a été les autres filles que ont participé a ce projet: Avec Laura, Karina Zsofia et Giulia (qui a fait la dernière semaine) j’ai passé de beaux moments ayant à la mer ou promenade à Toulon et La Garde. A la fin je ne peux pas oublier le merveilleux accueil de deux bénévoles: Nicole et Marie Paule nous ont accueilli chez elles et m’ont fait sentir toujours à l’aise. Pour terminer je peux dire qu’une chose: quand je peux le refaire? =)

college-marquisanne-toulon-ZsofiaZsofia (Hongrie – Anglais)
Sensitizing youngsters to the English language and culture in the Collèges du Var was definitely an interesting experience. For me personally the first week in La Marquisanne was a bit more difficult mostly because of the differences in the level of English of each class. It was quite challenging having to come up with different games that could be implicated in the material I prepared with. However, it was quite pleasing to see when the students got so excited about a game, karaoke or quiz in connection with the British Isles.
In Collège Bosco I was more prepared with two different presentations that were very useful in surmounting the difficulties I experienced in La Marquisanne. It was a great feeling to see and hear when students were happy about the “class” I delivered. I have to admit it can be demanding to stand in front of sometimes 30+ youngsters, who are looking at you with curiosity, but I can certainly say once you finished a class and you see them smiling and asking “when are we going to see you again”, you know you did a good job!

Karina (Allemagne)college-henri-bosco-valette-Karina
Schni Schna Schappi Schnappi Schnappi Schnapp!
On a passé deux semaines super intéressantes dans les deux collèges dans le Var Henri Bosco et La Marquisanne.
On a fait un quizz et des jeux marrants sur nos cultures et langues. Donc ils ont appris pourquoi les allemands vont dans la cave du lion (l’expression allemand pour se jeter dans la gueule du loup) et pourquoi on aime bien manger la piqûre d’abeille (le nom d’un gâteau allemand). J’ai aussi rigolé beaucoup avec les collégiens quand on a chanté schni schna schnappi ensemble (une chanson allemande sur un petit crocodile).
C’était bien de leur montrer nos cultures et de voir qu’ils étaient tous ouverts et motivés d’apprendre sur d’autres pays même si quelques-uns ont jamais parlé nos langues maternelles. Des fois c’était aussi étonnant tout ce qu’ils savaient déjà sur l’Allemagne.

Giulia (Italie)college-henri-bosco-valette-GIulia
Une semaine dans le Var. A quoi s’attendre ? Qu’est-ce que ce projet ? Enseigner l’italien, d’accord, mais comment ? Et surtout, serais-je à la hauteur ? Même si Marlène nous avait déjà bien expliqué le déroulement de la semaine au Collège Bosco, j’avais encore beaucoup de questions dans ma tête avant de partir. Le premier jour il pleuvait des cordes : quel temps terrible pour commencer !

Ma première classe : les élèves sont plus relaxés que moi ! « Courage, Giulia, ce sont des gamins, ils ne peuvent pas te manger ! », je me dis. Après un premier moment de présentations, je commence avec mon quizz titré « Mamma mia ! »… les élèves lisent et rigolent de façon bruyante. Le métier de professeur n’est pas facile ! Il faut rigoler et jouer, mais en même temps il faut enseigner et se faire respecter. Et voilà ma crainte la plus grande : exercer mon autorité. Le soir je rentre chez Marie Paule et Jean Paul, ma famille d’adoption pendant cette semaine, une famille magnifique. Je déprime parce que je pense ne pas être assez rigide, ou assez autoritaire.
Mais il ne faut pas désespérer : il suffit de respirer !
En effet, le deuxième jour et les jours suivants tout a changé… en mieux ! Grâce au soutien des professeurs, Mme Cluzel, Mme Porcile et Hélène (Mme Pegna!) j’ai pu retrouver tout le courage et l’enthousiasme nécessaire.
L’expérience de pouvoir transmettre aux élèves des aperçus de mon pays s’est révélée plus facile que prévu ; il fallait juste être « Italienne », c’est-à-dire que le discours soit le plus simple possible, gesticuler beaucoup (ça n’a pas du tout été un effort !) et avant tout, comme toujours, sourire !
Le jeu du quizz entre les équipes a été ludique et efficace. Les élèves ont donné des noms (rigoureusement en italien !) à leurs équipes : pasta, pizza, Ferrari, Milan, Juventus, lasagne, … On a rigolé tous ensemble et les jeunes ont été adorables ! On a besoin de jouer pour apprendre !
Le dernier jour au final je voulais rester à La Garde ! Quand on s’amuse à faire quelque chose qu’on aime, on espère bien que ce soit une réussite ; et bien, je crois que cette expérience a ouvert des parcours inattendus jusqu’à maintenant. Le dernier jour, une jeune fille s’approche de moi : « Madame, vous êtes professeur ? ». Je lui repond que non, je suis là juste pour la Semaine Européenne. « Ah ! Mais c’est dommage ! Vous avez quel âge ? 29 ans ? Pourquoi vous ne cherchez pas un poste pour continuer à enseigner l’italien ? C’est jamais trop tard !».
Pour l’instant je ne sais pas si je suivrai le conseil de cette jeune copine, mais… vous savez quoi ? C’est jamais trop tard !