Gamification : le temps de l’essaimage
23 mai 2016
pistes solidaires
Toutes nos offres de mobilité !
27 mai 2016
Voir tout

Mon premier SVE à Lisbonne, au Portugal

Jeanne, originaire d’Orthez, a participé à plusieurs projets de mobilité grâce au dispositif Erasmus+ et à l’association Pistes-Solidaires.

Au début, c’était un échange de jeunes, ou mieux un projet transfrontalier ayant comme pour participants des jeunes Français (et européens) et des jeunes du Pays-Basque espagnol ; le projet s’est déroulé à Bilbao en novembre 2015, et a été pour Jeanne seulement le premier pas vers la mobilité.

Un mois après, elle est partie avec Bérangère : sa destination était Barcelone et sa mission participer à une formation d’une semaine autour du sport comme outil éducatif. Ici, elle a eu la possibilité de rencontrer des professionnels et des jeunes provenant de toute Europe.Rencontres (1)

Mais c’était seulement le commencement : en janvier, Jeanne s’est lancée dans son (premier…) service volontaire européen. Sa destination était Lisbonne, capitale du Portugal. Là-bas elle a participé pendant deux mois aux animations proposées par les centres de loisirs locaux, cette fois en binôme avec une autre volontaire, Cerise. Nous les avons rencontrées à leur retour en France pour parler de son expérience, de la vie au Portugal et surtout leur demander quels sont leurs projets d’avenir.

Voici ce que Jeanne a décidé de partager avec nous :

« Ce n’est pas la première fois que je pars seule à l’étranger, mais c’est la première fois que je quitte ma famille, mes amis pour une aussi longue période (oui, habitante à Orthez, et ayant fait mes études entre Bayonne et Tarbes on ne peut pas dire que j’ai traversé la France). Bref après avoir rassuré ma grand-mère je m’envole vers une ville qui m’est inconnue, un appartement inconnu, des colocataires inconnus, des collègues inconnus, un travail inconnu et une langue inconnue.

TramAprès ces deux mois je peux affirmer que la ville fût mon plus beau terrain de jeu, que l’appartement renferme mes plus beaux moments, mes colocataires et collègues sont devenus mes amis que j’espère très vite visiter chacun dans leur pays, le centre pour jeunes dans lequel je travaillais l’un des lieux les plus formateur où j’ai eu la chance d’exercer et la langue mon meilleur outil de communication.

Quand je suis rentrée, l’une des premières questions que l’on m’a posé a été « es-tu contente de rentrer ? », ma première réponse vous vous en doutez fût NON puis après quelques jours de réflexion, OUI, oui car je suis contente d’être rentrée pour mieux repartir vers une nouvelle aventure ! »

On attend donc de savoir quelle sera sa prochaine destination !