Le Service Civique combiné Franco-International, vous connaissez ?
21 février 2016
Lancement du projet CARMA à Palerme
7 avril 2016
Voir tout

Service Franco-International : départ imminent pour le Kenya !

Petit rappel du contexte…

Etienne et Alison se sont engagés dans une mission de Service Civique franco-internationale avec Pistes-Solidaires : après un mois d’engament local à Pau, ils seront prêts à partir pour le Kenya. La date de leur départ approche, mais dans l’attente de la partie la plus difficile (et aventureuse !) de la mission, nous leur avons demandé de nous raconter comment cela se passe en France. On va résumer ces premières semaines d’engagement grâce à leurs témoignages.

Pour ceux qui n’ont pas suivi leur parcours depuis le début, le premier mois de service civique est caractérisé par deux missions : la préparation au départ organisée par Anaïs, Delphine et Valentina à Pistes-Solidaires et l’engagement en tant que bénévoles aux Restos du cœur de Pau.

A propos de cette dernière mission, voici une description faite par Alison où elle partage ses impressions :

« Tous les lundis et jeudis, nous nous rendons donc aux Restos du Cœur afin de faire preuve de solidarité à l’échelle locale. Au sein de cette association, une grande partie de notre mission consiste à distribuer des denrées aux bénéficiaires ; nous avons également pu donner des cours de français ou encore distribuer des vêtements. Après 5 jours de bénévolat à leurs côtés, je me sens maintenant bien intégrée et j’ai l’impression d’avoir réussi à gagner leur confiance. Dans ce contexte, nous avons également pu visiter le jardin solidaire de proximité où les fruits et légumes de qualité produits sont redistribués au centre des Restos du Cœur. Cet espace a pour objectifs principaux de restaurer un lieu social et de redonner à des personnes en difficulté l’envie de travailler.

Les différentes rencontres que j’ai déjà pu faire, aussi bien de bénévoles que de bénéficiaires, m’ont beaucoup intéressé. Certaines m’ont d’ailleurs permis de voir les choses différemment, d’en apprendre plus sur certains sujets… Ainsi, même si cette période d’engagement local est courte, je la trouve vraiment importante dans notre parcours. Je ne pense pas qu’elle m’aidera à m’adapter au Kenya mais je sais qu’elle m’a apporté personnellement. Merci Coluche ! » 

Etienne aussi, parle de cet engagement comme d’une expérience enrichissante :

« Nous avons été très bien accueillis et intégré au groupe de bénévoles. Nous faisons de la distribution de nourriture au sein de l’association, des cours de français, cours d’informatique, dons de vêtements… C’est une super expérience qui nous permet non seulement de se rendre compte des problèmes mais aussi d’être actif et de participer au soutien de ces personnes en difficulté. »

Etienne définit aussi la formation au sein de Pistes Solidaires comme une préparation « intéressante et enrichissante » qui permet «d’ouvrir notre esprit à une culture, un mode de vie et un langage différent ».

IMG_8748En quoi consiste-t-elle cette formation ? C’est Alison qui nous donne un peu plus d’informations :

« En milieu de semaine, le mardi et le mercredi, nous sommes dans les locaux de Pistes Solidaires. Ces journées nous permettent de préparer notre futur départ pour le Kenya. Encadrés par Anaïs, Delphine et Valentina, nous approfondissons nos connaissances de ce pays et nous apprenons à nous découvrir mutuellement : nos expériences, nos objectifs, nos attentes… Ce sont donc des temps vraiment importants avant un tel départ. Nous en profitons également pour réfléchir sur les différences de culture, de modes de vie mais aussi sur nos appréhensions avant de s’envoler plusieurs mois pour un autre continent. Après ces différentes journées, nous prolongeons souvent nos recherches sur des sujets qui nous intéressent : coût de la vie, inventaire, activités à ne pas manquer…

En plus de cette formation organisée, nous avons pu discuter avec Magali, coordinatrice de Pistes Solidaires. En effet, elle s’est rendue au Kenya en juin dernier afin de cerner les besoins et les conditions de volontariat sur place. Nous avons ainsi appris que nous nous doucherons à l’eau froide (et surement au seau !), que nous aurons des toilettes sèches mais que la connexion WIFI était plutôt bonne. Aujourd’hui, je me sens donc bien mieux préparée au départ qu’il y a encore deux semaines. Les guides de voyage ne font pas tout ! Alors que ça ne fait que 15 jours que ma mission a débuté, j’ai déjà vécu beaucoup de choses ! Je suis d’ailleurs certaine d’en vivre beaucoup d’autres sur place. »

IMG_8834La mobilité, le Service Civique ou le Service Volontaire Européen, seulement des moyens moins chers pour voyager et passer des bons moments en vacances ? Absolument pas.

Après son expérience de volontaire SVE en Italie et de Service Civique vers le Kenya, Etienne suggère à tout le monde de s’engager et de comprendre ce qu’être volontaire signifie : « Je vous souhaite de faire un service civique international ou un volontariat européen ! Cela vous permettra de vous connaître vous-même (ou presque) ainsi que de vous faire une idée du monde qui vous entoure ! ».

« Sortir d’un bureau pour aller voir le monde directement sur le terrain, ça me fait du bien. Si vous hésitez encore à tout quitter l’espace de quelques mois, je vous conseille de ne plus hésiter ! Le Service Civique ou le Service Volontaire Européen sont là pour nous aider, nous les jeunes, à entreprendre de tels projets et surtout à sortir de notre zone de confort. » a ajouté Alison.

On attend alors le premier mars pour la suite : destination Kisumu !