Une soirée française à Kalamata

Volontariat senior Pistes Solidaires KANE KALAMATA

Edith et Jean-Paul sont actuellement accueillis chez notre partenaire grec K.A.NE. à Kalamata. Alors que leur volontariat senior touche à leur fin, ils ont organisé une soirée française. Edith nous fait partager ce moment :

Une soiree française dans les locaux de KANE a notre disposition, voila ce que nous suggere Fotini, responsable de notre séjour a Kalamata.
Pour dans cinq jours ?
Nous y voyons l’occasion de remercier les personnes rencontrees a Kalamata et sautons sur l’idée.
On discute entre nous, on prend l’avis des uns et des autres et on commence a peaufiner les details, où le diable se niche parfois.

De haute lutte, nous avons réuni les ingredients nécessaires a un cocktail dinatoire (croque-monsieur, barquettes d’endives au tarama, tomates cerise a la provençale, petits bâtonnets de legumes et leurs sauces au yaourt, et le céleri au bleu, sans oublier le bordeaux).
Avec patience et obstination, nous avons domestique le clavier et les logiciels grecs de l’ordinateur de KANE pour pêcher sur Internet ce que nous cherchions.

Heureusement que nous n’étions pas seuls dans cette aventure : Fotini était la pour nous conseiller, aménager avec nous le theatre des operations, accueillir les invites ( elle est connue comme le loup blanc, ici!
Une bonne vingtaine de personnes a repondu a notre invitation et nous nous sommes lancés.
Quiz sur l’histoire de France, paroles en francais des enfants du Piree chantées par Dalida, deux versions du « temps des cerises » par Noir Désir et Mouloudji, dessins humoristiques tirés de l’actualité française et en fin de presentation, la version de la Marseillaise par Serge Gainsbourg.

Bon, ma grand-mère, qui lisait Somerset Maugham dans le texte a 85 ans a du se retourner dans sa tombe (nous avons officié en anglais).
Encore une fois, Fotini nous a sauvé la mise en identifiant sur YouTube les chansons françaises qui ont accompagné le cocktail qui a suivi. Que ferait-on sans la disponibilité de Fotini, qui est une mère pour les volontaires que nous sommes ?