ETAPE : le témoignage d’Emma
17 décembre 2014
L’Europe s’invite aux TAP
17 décembre 2014
Voir tout

Young journalists journey

Le projet „Young Journalist Journey“ a rassemblé 45 jeunes de 8 pays (Roumanie, France, Italie, Croatie, République Tchèque, Pologne, Macédoine et la Bulgarie) afin de se rencontrer et de discuter le rôle du journalisme dans les sociétés respectives.L’idée principale du projet a envisagéYJJ5 d’encourager les jeunes à s‘engager en tant que journalistes citoyennes, une forme spécifique du journalisme qui permet à chaque citoyenne de rapporter sur des évènements sociétales et de diffuser son point de vue à l‘aide des blogs, des photographies, des réseaux sociaux, loin des formats conventionnels comme le journal ou l‘émission télévisée.

Nous avons compris que le journalisme citoyenne présente une opportunité de participer activement à la vie civique et que le métier du journaliste est divers et aventureux comme un „Pick-Up Ride“!

Ainsi, pendant une semaine au début de novembre, les participants ont été instruits à développer des compétences dans les différentes outils cruciaux du travail journalistique: la structuration d‘un article, la méthodologie d‘investigation comme les entretiens et la recherche, le blogging, le choix des sujets. Pour cela, nous avons simulé un „newsroom“ et nous avons consacré toute une journée à la rédaction du magazine „Babylone“, nom inventé pour notre groupe multilingue.

Mais retournons au départ: Bine antevenit en Romania ! Après avoir atteint Bucarest, la capitale avec son riche héritage romain que l‘on perçoit dans son architecture, ses boulevards et les écrits français et italiens sur les façades. Avec les places, statues et bâtiments qui raconte la monarchie roumaine, leur adhésion à l‘U.R.S.S. leur dictature communiste sous Nicolae Ceaușescu, leur libération et leur voie vers l‘Union Européenne. Avec leur langue romane de prononciation slave. Après avoir atteint la Gara de Norte à Bucarest, nous avons pris la route vers Poiana Negrii, un petit village en Bucovine qui se trouve au nord du pays. Traversant la Transylvanie toute la nuit, voyant ses petits villages pittoresques entourés par des montagnes dans le brouillard, nous y sommes finalement arrivés tôt le matin.

Passant des maisons de toutes les couleurs, en rose, en jaune, en vert et en bleu, nous sommes descendus à la Pensione Poiana Negrii, un hôtel-restaurant au décor traditionnel qui nous a cuisiné trois fois par jour des plats roumains traditionnels (comme le polenta avec du fromage, le risotto aux champignons, la viande marinée et les poissons fris du pond voisin). Juste à côté de notre auberge se trouvait le Centre Culturel de Poiana Negrii que nous avons atteint à pied ou dans une voiture Pick-Up (ce qui était très réveillant les matins !). Ici, nous avons fait des activités, les jeux de rôle, les energyzers, les présentations sur les aspects du travail journalistique.

Vatra Dornei: un endroit connu pour faire le ski, mais à part de cela un village inconnue pour la communauté de Babylone!

YJJ8De plus, les présentations sur le paysage de presse de chaque pays nous ont sensibilisé sur les différences nationales du journalisme: le rôle du journalisme, le degré du droit pour la liberté d‘expression dans les pays, l‘implication du journalisme dans les enjeux économiques du pays, le statut professionnel du journaliste dans les pays européens et les pays frontaliers. Il semblait que les pays non-européens n‘avait pas encore dévéloppé une notion du journalisme critique et que le statut du journaliste était étroitement liés à leur engagement politique. Aussi, le pouvoir économique sur la presse est devenu visible dans les pays de l‘Est de l‘Europe. Un autre aspect intéressant était le journalisme dans les régions rurales : les gens vivants à la Campagne n‘ont pas toujours accès aux informations des grandes villes et encore moins une véritable influence sur leur continu. Nous avons compris que le journalisme citoyenne présente une opportunité de participer activement à la vie civique et que le métier du journaliste est divers et aventurieux comme notre „Pick-Up Ride“!

C‘est pour cela, le programme de notre échange a consacré une journée entière à l‘investigation journalistique au village Vatra Dornei: un endroit connu pour faire le ski, mais à part de cela un village inconnue pour la communauté de Babylone! Alors, le groupe s‘est divisé en cinq petits sous-groupes et a fait des investigations d‘une méthodologie presque sauvage. Vivons le journalisme citoyenne pour créer le plus vivant reportage de notre magazine! Voici quelques impressions:

  • „In Vatra Dornei is an abandoned synagogue with a Kibbutz behind the building. A Kibbutz is an ancient Jewish lifestyle where the Jewish community setteled down next to a synagogue in order to live in harmony with nature at a spiritual place. But entering through a whole into the synagogue and perceiving its beauty covered by dust, the unstability of the stairs, the boxes full of old, humid books in Hebrew and German, we thought that someone threw a piece of culture away.“
  • „The library of Vatra Dornei has different rooms in which the population has access to national literature and to books with specific topics as economics, political science, the European Union etc. On the first floor there is a gallery with contemporary art from Vatra Dornei and a room with pcs for internet consultation and learning.“
  • „Centrul de Economie montana : The center is funded with one third of the national budget for mountain agriculture. It provides information and animates trainings for farmers who want to engage in rural tourism as well as international conferences on agriculture and economy in the mountain area.“YJJ4

Nous vous laissons avec ces impressions enchantées, à que vous visitez ce pays riche en histoire et cultures et que vous en rapportez! Merci, à la prochaine et la revedere, Romania !