« Je m’estime être chanceux d’avoir participé à cette formation »
16 mars 2019
Assez des marronniers ? Donnez une dimension européenne à vos sujets !
20 mars 2019
Voir tout

« Nous avons réussi à toucher les étudiants sur des sujets difficilement abordables »

Quentin, ancien volontaire de Pistes-Solidaires et resté membre actif de l’association a lui aussi participé au projet « Effective learning » à Sofia.
Voici ces retours en quelques lignes !

Professeurs, volontaires, formateurs  se sont retrouvés pour apprendre et échanger sur la thématique : créer, éduquer, intéresser.

Arrivé sur place, découverte du lieu de formation

Arrivés au collège lycée William Gladston, enseignants  et volontaires ont reçu un accueil chaleureux de l’équipe sur place ! A travers une chasse aux trésors nous avons pris nos repères dans l’enceinte du bâtiment, notre lieu de travail.
Une fois tout le monde à l’aise, nous avons pu dans l’après midi commencer la formation.

L’éducation non formelle, animer et éduquer

La formation s’est séquencée en plusieurs activités.
À travers des ateliers animés par la sous directrice de l’établissement Radina Mladenova, nous avons reçu des bases d’éducation non formelle, des temps de réflexion sur des problématiques nous ont été proposés, ainsi que des temps de créations avec la réalisation de nos marionnettes animés par Lora coordinatrice bulgare du projet.
Travail en équipe et réflexion de groupe ! Le mardi après midi nous avons travaillé sur l’éducation non formelle à travers plusieurs des ateliers.
Des sujets sociaux nous ont été présentés, tels que l’exclusion sociale, le communautarisme, la peur du nouveau etc…

La compréhension et la cohésion du groupe fut la clef pour discuter et débattre durant ces ateliers. Des outils d’éducation et des astuces nous ont été donnés durant la formation. Nous avons également travaillé sur la création de marionnettes qui nous ont servi plus tard dans un but éducatif.

Chaque personne était libre de façonner sa marionnette comme bon lui semblait. Son histoire, son genre, sa personnalité, tout était libre !

Etant donné la différence culturelle et personnelle les marionnettes furent très variées ! Une fois les marionnettes finies nous avons du leur donner vie à travers une scène que nous avons présentée devant quelques étudiants du collège/lycée.
Aucun thème imposé, nous avions un large choix d’expression artistique.
Les thèmes fondamentaux retrouvés à travers toutes les scènes crées furent : 
– l’exclusion sociale
-le vivre ensemble
– la diversité culturelle
Une fois toutes les scènes présentées nous avons tous donné nos marionnettes aux jeunes étudiants présents.

Les temps hors formation, une volonté de cohésion du groupe
Durant cette formation nous avons eu beaucoup de temps libre afin de mieux connaître tous les acteurs de la formation. Avoir autant de temps libre nous a permis de mieux faire connaissance mais également d’être bien concentrés durant les temps de formation formelle.
Nous avons souvent partagé des repas ensemble ce qui a permis de renforcer la cohésion du groupe, élément primordial pour le bon déroulement de la formation.

Une formation réussie
Pour conclure et ajouter un avis plus personnel je dirais que cette formation fut une réussite.
Tous ces temps non formels ont permis la cohésion du groupe et la bonne entente entre tous les participants. Nous avons également beaucoup appris sur comment amener l’éducation par le divertissement.
Par les scènes jouées, nous avons réussi à toucher les étudiants sur des sujets difficilement  abordables avec une éducation plus formelle. Beaucoup de professeurs sont ressortis de ces ateliers avec beaucoup d’idées en tête (intégrer les marionnettes dans un cours d’anglais par exemple afin de faciliter la discussion et l’échange dans une langue étrangère).
Enfin, pour moi, les marionnettes ont réellement pris vie  lorsque nous les avons données aux plus jeunes étudiants. Ils se souviendront de l’enseignement qu’elles leur ont apporté et elles continueront à vivre à travers leurs regards.